Baratte

Photographie d’Angelina Madeline à Bérigny (Manche) devant une baratte marchant à bras, le 19 mai 1922. © Collection famille Madeline.

« Vaisseau dont on se sert pour battre la crème et faire le beurre ; anc. ribote ; batterelle, dans les Ardennes ; babure, battabure, en Champagne ; batteure, dans le Jura ; battoire, battote, dans la Meuse ; bertine, dans le Centre ; bourrire, en Mâconnais ; bourire, à Saint-Claude ; borire, dans le Beaufortain (Savoie) ; borrire, dans la région d’Albertville ; chairaine (pour serène), en Picardie, au XVIIIe siècle ; jedde, en Vendée. En Gâtinais, basatte, grande baratte en terre » (Lachiver). »

Angelina Madeline, née Vallée, est née le 27 décembre 1873 à Vidouville (Manche) et décédée à Bérigny en 1950. Elle est la fille d’Auguste Vallée, marchand épicier et de Justine Levionnais. Avec son mari Léon Madeline (1862-1933), fils de Pierre Madeline et de Marie Lepeltier, ils sont à la tête d’une exploitation située à Bérigny (Manche) dans le bocage Saint-Lois. La photographie, datée du 19 mai 1922, a été réalisée par un des fils du couple (Jules, 1895-1927) qui, inapte au travail des champs depuis son retour de la Première Guerre mondiale, s’est adonné à la photographie. Le cliché, pris devant la maison d’habitation de la ferme située au lieu-dit « Les Boulards », montre Angelina Madeline en pleine action de nettoyage de sa baratte. Le système de fermeture du tonneau n’est pas visible et il n’était plus sur la baratte lorsque celle-ci a été retrouvée en 2017 après avoir séjourné plusieurs décennies sous un tas de bois. Dans la pièce située derrière le personnage et son outil de production, on devine une balance qui servait à peser la production avant d’aller la vendre au marché au beurre le plus proche du domicile familial, peut-être celui de Cerisy-la-Forêt.

La même baratte en 2017

La production de beurre est essentielle pour les petites exploitations d’élevage du bocage. La baratte visible sur la photographie (sans marque apparente) semble provenir des établissements Simon frères de Cherbourg qui se sont distingués depuis 1860 dans la production de machines agricoles. Spécialisée dans des barattes et autres instruments liés au lait au cidre, l’entreprise Simon Frères décline la « baratte normande » en de nombreux modèles adaptés aux fermes comme à l’industrie naissante. Celle utilisée par Angelina Madeline en 1922 est un modèle de la fin du XIXe siècle connue sous le nom de « baratte marchant à bras ». Ce modèle ne figure pas dans la première version de l’ouvrage de Armand-Florent Pouriau sur la laiterie en 1872. Mais il figure dans la 5e édition de 1895, aux pages 258 et 259 avec les précisions suivantes :

« … parmi les constructeurs qui ont apporté les perfectionnements les plus importants à la baratte normande, tant au point de vue des organes que de la commande, nous citerons tout particulièrement MM. Simon et fils, de Cherbourg (Manche). […] Les tonneaux de ces barattes sont en chêne de premier choix ; toutes les ferrures appliquées sur ces tonneaux sont, polies avec soin. Les contre-batteurs sont des barres prismatiques en chêne, de toute la longueur du tonneau et distante de sa surface intérieure d’un nombre de centimètres qui dépend du diamètre du récipient à crème. Ces barattes sont bien équilibrées et toutes munies de bouchons en fonte polie et d’un petit ajutage métallique dont nous indiquerons plus loin l’emploi. »

Baratte marchant à bras

Cette baratte est montée sur un bâti mixte (fer et bois) très solidement construit ; au-dessous de 100 litres, elle n’a qu’une manivelle. Elle possède deux organes particuliers que nous allons indiquer.

baratte à bras

Obturateur métallique

Ce nouvel obturateur se compose simplement de deux parties :
1° d’un cercle ou anneau fixé autour de l’orifice de la baratte même ;
2° d’un couvercle muni de deux boutons ou poignées ; pour ouvrir ou fermer l’orifice, il suffit de faire tourner le couvercle à gauche ou à droite.Ajutage métallique. Ce petit ajutage sert à la fois de bonde et de fausset ; en le tournant un peu, les gaz qui se dégagent pendant le barattage s’échappent au-dehors ; en tournant davantage, on soutire le lait de beurre. Avec ce petit organe, on évite les pertes et projections du liquide qui se produisent avec les obturateurs ordinaires en bois et l’inconvénient d’un fausset qui se brise souvent dans la baratte.

Obturateur métallique

Comme le signale l’auteur, la présence de deux manivelles indique qu’il s’agit d’un modèle de plus de 100 litres. Le détail des modèles et de leurs prix permet de dire qu’il s’agit d’une baratte de 130 à 250 litres. Comme le précise la notice, les tonneaux ne doivent être remplis qu’à moitié, soit le barattage de 65 à 125 litres de crème.

Prix des barattes marchant à bras.
CAPACITÉ TOTALE de la baratte. PRIX
De 60 à 100 litres : de 80 à 100 Fr.
De 130 à 250 litres : de 139 à 185 Fr.
De 300 à 400 litres : de 210 à 250 Fr.
Les tonneaux ne doivent être remplis qu’à moitié.
Jusqu’à 60 litres de capacité totale, MM. Simon et fils conseillent
l’emploi d’une baratte dite à double vitesse.

Source : Armand-Florent Pouriau, La laiterie : art de traiter le lait, de fabriquer le beurre et les principaux fromages français et étrangers, 5e éd., Paris, Librairie Audot, Lebroc et Cie, 1895, 1 vol. (VII-898 p.), in-16, p. 258-259.



Citer ce billet
Philippe Madeline (2019, 23 avril). Baratte. Paroles de paysans. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qvdt