Saint-Hubert

Subst. fém. et masc. Terme de vénerie et de chasse à tir.

Sens et référence

I. (subst. masc.) Vénerie et chasse à tir. Race issue des chiens de l’abbaye de Saint-Hubert (Ardennes Belges), particulièrement réputés et recherchés sous l’Ancien Régime ; ce grand chien à la silhouette caractéristique possède toutes les qualités d’un excellent limier pour la chasse à courre, il est également employé dans la chasse à tir du sanglier (Bord et Mugg, Dict. cyn.).

Continuer la lecture

Épervier

Subst. masc. Terme de fauconnerie.
Formes : espervier, esprevier, esprivier.

Sens et références

I. Oiseau de proie dont on se sert dans la fauconnerie, et dont le mâle est d’environ un tiers plus petit que la femelle, d’où son nom de tiercelet (Lachiver) ; synon. de faumouchet (Loire-Atlantique), carcelet (Beaujolais), moustet (région d’Albertville, Savoie), prouvier (région du Havre), chasserot (région de Verdun), soicherot (Haute-Saône), gorge-caille (Beauce), bitard (Poitou), lare (Isère), rifflet (Anjou), riclet (les Mauges, Maine-et-Loire), estouret (en gascon), bruhier (ibid.).

Continuer la lecture

Une histoire d’eau au sud du Bessin…

Une histoire d’eau au sud du Bessin…
Les moulins des ducs, des abbés et des seigneurs autour de la forêt de Cerisy

Dans une région comme la Normandie, aux multiples cours d’eau et aux précipitations généreuses, la densité de moulins à eau depuis le Moyen Âge jusqu’au XIXe siècle n’est plus à démontrer, elle fut considérable. Au début de l’ère industrielle, cette région comptait de très nombreux moulins qui ont autant façonné le paysage que les châteaux et les églises. En 1806, ce sont pas moins de 980 moulins qui étaient en activité dans le seul département du Calvados. Élément paysager incontournable mais aussi moteur économique essentiel, le moulin à eau a profondément marqué la société rurale normande parce que, dès le Moyen Âge, il a jeté les bases d’une proto-industrie. Très tôt, on relève en Normandie des formes particulièrement innovantes de moulins.

Nous allons surtout nous intéresser à une petite région du sud du Bessin dont les conditions environnementales et sociétales ont particulièrement favorisé le développement de ces installations hydrauliques. Qualifiée par les géographes de « Bessin méridional boisé », cette région, qui se caractérise effectivement par une couverture forestière assez importante, se limite, au nord, par les marais du Bessin, et, à l’est et à l’ouest, entre les rivières de l’Elle (affluent de la Vire) et de l’Aurette (affluent de l’Aure), pour finir en gros, au sud, par la colline de Caumont-l’Éventé. Elle correspond à peu près au territoire appelé au Moyen Âge « forêts de Bur-le-Roy », où venaient chasser les ducs de Normandie puis, à leur suite, les rois de France. Avant d’aborder la délicate question de l’identification des moulins, de leur chronologie et de leur typologie, nous analyserons dans un premier temps le contexte naturel puis, dans un second, le contexte politique.

Emblématique du moulin, la roue a longtemps constitué un marqueur dans le paysage ; ici, la roue à augets du Moulin de Marcy, au Molay-Littry (Calvados), rare moulin en état de fonctionnement. © Cliché Agnès Marie, janvier 2016.

 

 

 

 

Élisabeth Ridel-Granger, « Une histoire d’eau au sud du Bessin … Les moulins des ducs, des abbés et des seigneurs autour de la forêt de Cerisy », dans Mélanges Catherine Jacquemard, B. Gauvin, M.-A. Lucas-Avenel (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, p. 215-238. [En ligne sur HAL]

Cite this article as: Elisabeth Ridel-Granger. Une histoire d’eau au sud du Bessin…. In Paroles de paysans, 06/04/2020. Consulté le 17/06/2021. Disponible à l'adresse https://lexirural.hypotheses.org/2115