Braconnier

Subst. masc. Terme de vénerie (jusqu’au XVIIe s.).
Formes : bracquonnier, brakenier, braquenier.

Sens et références

I. Avant le XVIIe s., s’emploie comme terme de vénerie.

  1. Valet qui s’occupe des chiens de chasse (brachets et braques) et qui les conduit au cours de la chasse ; syn. de veneur (XIVe-XVe s., in DMF) ; au XVIe s., on chasse encore loups et cerfs avec « le maistre braconnier et les braconniers », les chevaux et les chiens (Lachiver) :
    • c. 1392-1393 « Ly contes si amoit moult les chiens et les oysiaux, et avoit foison de braques, levriers, chiens courans et liemiers, braconniers, faulconniers, oysiaux de proye et chiens chacerez de toutes manieres », DMF [Jean d’Arras, Mélusine].
    • c. 1470 « Le mistère accomply, l’on joua des orgues en l’eglise, et au pasté fut faicte une chasse telle, qu’il sembloit qu’il y eust petitz chiens glatissans et braconniers huans et sons de trompes, comme se ilz fussent en une forest », DMF [La Marche, Mém.].
  2. Celui qui avait pour mission de faire lever le gibier (Lachiver).

II. À partir du XVIIe s., le terme prend une connotation péjorative.

  1. Chasseur qui chasse furtivement sur les terres d’autrui, celui braconne, en particulier en Sologne braconnier qui utilise des filets (Lachiver).
    • 1834 « On comprend sous le terme de braconniers, non seulement ceux qui chassent furtivement avec un fusil, mais aussi tous les tendeurs de lacs, lacets, tonnelles, traîneaux, bricoles, rets, collets, balliers, filets, bourses, panneaux et autres engins propres à prendre le gibier », Baudrillart, Dict. des chasses. 
  2. En part. Chasseur qui ne ménage pas le gibier et tue le plus souvent qu’il peut (Lachiver).
    • 1769 « … destructeur et voleur de gibier », Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.

Étymologie et histoire

Terme attesté dès l’ancien français avec le sens de « veneur ou valet qui s’occupe des chiens de chasse » (c. 1178, Roman de Renart), il ne se spécialise qu’au XVIIe s. avec le sens qu’on lui connaît aujourd’hui « chasseur qui chasse furtivement sur le terres d’autrui » (1655, Salnove, La Vénerie royale). Le mot vient d’une forme rare bracon, « (chien) braque » (1250, Roman d’Aubery), que confirme l’ancien provençal bracon (c. 1300), et issue du germanique *brakkon, forme accusative de *brakko, « chien de chasse », également à l’origine du français braque (TLF). Voici ce que nous dit Baudrillart dans son Dictionnaire des chasses (1834) sur l’origine du mot : « Les braconniers étaient, dans l’origine, des chasseurs qui avaient le talent de dresser ces sortes de chiens, qui avaient soin d’eux, qui étaient chargés de les conduire, et qui s’en servaient pour la chasse, à la différence des autres chasseurs qui chassaient avec d’autres espèces de chiens, ou étaient occupés à quelque autre espèce de chasse. La fonction du braconnier était alors aussi honnête que celle des fauconniers, louvetiers, loutriers, perdrisseurs et autres dont il est parlé dans les coutumes et les anciennes ordonnances… »

Illustrations

Braconnier pris sur le fait

 

 

Un jeune braconnier surpris par un garde-chasse. D’après Maurice Engelhard, La chasse et la pêche, souvenirs d’Alsace, Paris, Berger-Levrault, 1888, p. 227. © BnF, Gallica.

Hallali

Interj. et subst. masc. Terme de vénerie.
Formes : halaly, hallaly.

Sens et références

I. Cri de chasse qui annonce que le cerf est sur ses fins (Lachiver).

  • 1769 « Hallaly, moment où l’on prend l’animal, et où les Chiens le portent à terre », Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.
  • 1778 « Halaly. C’est un ton que les Piqueux sonnent pour annoncer aux Chasseurs que la bête se rend, et qu’en peu les chiens la porteront par terre. On crie : Halaly, halaly, c’est-à-dire, Victoire, victoire », Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande. Dict.

LOCUTIONS

  1. Hallali courant : lorsque l’animal, presque sur ses fins, fuit encore mais est entouré par les chiens qui le jambonnent (Bord et Mugg, Dict. cyn.).
  2. Hallali par terre : lorsque l’animal est à terre (ibid.).
  3. Hallali roulant : en vautrait, lorsque l’animal sur ses fins continue néanmoins à se déplacer sans cesse (ibid.).
  4. Hallali sur pied : lorsque l’animal est rejoint et entouré par les chiens qui l’aboient (ibid.).

II. Air de chasse que les trompes exécutent quand le cerf est rendu ; on l’emploie également à la chasse du daim, du chevreuil et du sanglier (Lachiver).

  • 1769 « Hallaly, fanfare que l’on sonne pour annoncer que l’animal se rend », Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.

Étymologie et histoire

Attesté comme terme de chasse en 1683 sous la forme ha la ly (Le Parfait Chasseur), le mot est probablement composé du radical du verbe haler, forme secondaire de harer, « exciter les chiens par des cris pour les lancer sur la proie », et de à lui, sous sa forme réduite à li (TLF).

Illustrations

Hallali courant. D’après La chasse à courre : notes et croquis, par Crafty, Plon ‒ Nourrit et Cie, 1888, p. 44. © BnF, Gallica.

Hallali courant

Hallali sur pied. D’après La chasse à courre : notes et croquis, par Crafty, Plon ‒ Nourrit et Cie, 1888, p. 45. © BnF, Gallica.

Hallali sur pied

Partition de l’hallali. D’après Jacques-Joseph Baudrillart, Traité des eaux et forêts, chasses et pêches. Troisième partie : Dictionnaire des chasses, Paris, Arthus Bertrand, 1834.

Sonnerie Hallali sur pied

Débucher

Verbe et subst. masc. Terme de vénerie.
Forme : débuché (subst. masc.), desbucher (verbe).

Fiche manuscrite « Débucher » de Marcel Lachiver

Sens et références

  1. (verbe) Sortir du bois ou du buisson, en parlant du gros gibier (Lachiver).
      • 1769 « … on dit qu’un Cerf, un Sanglier, etc. débuchent, lorsqu’ils sortent du couvert pour prendre la plaine », Goury de Champgrand, Traité de Vénerie. Dict.
      • 1778 « On dit : Le Cerf a débuché, c’est-à-dire, sorti par tel endroit », Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande. Dict.
  2. (subst. masc.) Sortie de la bête de son fort (Lachiver).

LOCUTIONS

Sonner le débuché ou débucher : Fanfare que l’on sonne lorsqu’un animal chassé prend la plaine (1769, Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.).

  • 1778 « Débuché. C’est un ton qui se sonne lorsque le Cerf sort de l’enceinte où il a été détourné, ou du buisson dans lequel il est », Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande. Dict.

Étymologie et histoire

Attesté vers 1130 avec le sens de « faire sortir (qqn) de sa cachette », puis vers 1205-1250 « sortir du bois en parlant du gros gibier » (Roman de Renart) ; dérivé de bûche, au sens de « bois, forêt », que ce mot a dû posséder, et précédé du suffixe dé-, avec la désinence verbale -er (TLF).

Illustrations

« Le Débuché », eau-forte d’Albert de Balleroy, 1863 : sanglier qui débuche lors d’une chasse à courre, c’est-à-dire qu’il sort du bois pour gagner la plaine. © BnF, Gallica.

Partition du « débuché » à la trompe de chasse. D’après Jean-Baptiste-Jacques Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande, Rouen, Laurent Dumesnil, 1778, p. 440. © BnF, Gallica.

Sonnerie du débuché Cliquer sur la partition Source du son: site de la  Société de Vènerie

 

Curée

Subst. masc. Terme de vénerie.
Formes : cuiriee, curee, curiée.

Sens et références

Portion de la bête que l’on donne aux chiens après qu’elle est prise (Lachiver).

  • 1387-89 « Et, quant ilz auront mengié la moitié de la cuiriee ou plus, il doit prendre les bouelles dou cerf un petit loing de la cuiriee et les tenir haut en sa main, affin que les chienz ne li puissent oster », Gaston Phébus, Livre de chasse, p. 183.
  • 1552 « Le samedi XVIIIe, dès le matin je m’en allé Cantepie et Symonnet avecque moy à Briquebec vers Madame la Duchesse [Adrienne d’Estouville]. En allant nous attaignymes nostre maistre Textoris et La Fosse entre la Boussaye et la Creniere, qui alloyent au dit Briquebec, nous y arrivasmes au lever de Madame, laquelle apprès disner fist faire la curée aulx chiens d’un cerf qui avoyt esté prins le jour, duquel elle me fist donner ung morceau », Gouberville, Journal, vol I, p. 253.
  • 1665 « Curée, c’est faire manger le cerf ou autres bestes au chiens », Salnove, Vénerie royale. Dict.
  • 1769 « … régal que l’on fait aux chiens, en leur faisant manger l’animal ou aprtie de l’animal qu’ils ont chassé », Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.
  • 1778 « Faire curée, c’est faire manger aux chiens la bête qu’ils ont prise », Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande. Dict.

Locutions

1. Curée chaude : curée qui se fait dans l’instant de la prise (1769, Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.).

  • 1834 « C’est quand on leur donne [aux chiens] sur-le-champ quelque partie de la bête prise », Baudrillart, Dict. des chasses.

2. Curée froide : celle qu’on donne au logis (ibid.).

Étymologie et histoire

Terme cynégétique attesté très tôt sous la forme curiée : il apparaît vers 1160 (Eneas) avec le sens précis de « portion de la bête qu’on abandonne aux chiens » ; la fome curee, que l’on trouve chez Henri de Ferrières, Modus et Ratio, se généralise à partir du XIVe s. Le mot dérive, avec l’ajout d’un suffixe -ée, de cuir, « peau », car ce que l’on donnait aux chiens à manger était étendu sur une peau (TLF) ; une influence de l’ancien français corée, courée, « viscères, entrailles d’un animal », n’est pas impossible.

Illustrations

Curée aux chiens. D’après Jacques du Fouilloux (1519-1580), La Vénerie, Poitiers, Marnefz et Bouchetz frères, 1561, p. 124. © Bnf, Gallica.

 

Curée aux chiens courants. D’après Jacques du Fouilloux (1519-1580), La Vénerie, Poitiers, Marnefz et Bouchetz frères, 1561, p. 127. © Bnf, Gallica.

 

 

Cite this article as: mlcf. Curée. In Paroles de paysans, 25/04/2019. Consulté le 17/07/2019. Disponible à l'adresse https://lexirural.hypotheses.org/504

Barbet

Subst. masc. Terme de chasse au marais.

Sens et références

Chien à poil long et frisé qu’on dressait à la chasse au canard (Lachiver) :

  • 1769 « Chien à long poil frisé, qui va naturellement à l’eau, et qui rapporte bien », Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.
  • 1834 « Race de chien à gros poil frisé, qui va à l’eau et qu’on dresse à la chasse du canard », Baudrillart, Dict. des chasses.
  • 1921 « Nom sous lequel on désignait autrefois un type de chien de chasse à poil long, laineux, frisé ou bouclé, de robe noire, blanche, pie, marron, café au lait, à oreilles longues et pendantes, à jambes courtes et corps épais, assez voisin du griffon. Il convenait parfaitement pour la chasse au marais. Devenus rares en France, les barbets se rencontrent encore à l’état pur en Belgique », Larousse agricole, t. I, p. 141b.
  • 1938 « Lorsqu’il est dans l’eau, aucun autre chien ne peut lui être comparé, pour l’ardeur, la rusticité, l’endurance ; il prend un plaisir extraordinaire à barboter dans l’eau, serait-elle glacée. Il résiste admirablement aux froids les plus durs, il est supérieur pour le gibier coureur, et incomparable pour le rapport », Chiens de chasse, p. 25.

Continuer la lecture

Baratte

Photographie d’Angelina Madeline à Bérigny (Manche) devant une baratte marchant à bras, le 19 mai 1922. © Collection famille Madeline.

« Vaisseau dont on se sert pour battre la crème et faire le beurre ; anc. ribote ; batterelle, dans les Ardennes ; babure, battabure, en Champagne ; batteure, dans le Jura ; battoire, battote, dans la Meuse ; bertine, dans le Centre ; bourrire, en Mâconnais ; bourire, à Saint-Claude ; borire, dans le Beaufortain (Savoie) ; borrire, dans la région d’Albertville ; chairaine (pour serène), en Picardie, au XVIIIe siècle ; jedde, en Vendée. En Gâtinais, basatte, grande baratte en terre » (Lachiver).»

Continuer la lecture

Déchaumer

Une déchaumeuse en action. © Cliché Élisabeth Ridel-Granger.

« Enlever le chaume qu’on a laissé en moissonnant des céréales. Donner un premier labour après la récolte des céréales ; plus spécialement, labourer superficiellement la terre à l’effet de provoquer la germination des mauvaises plantes, pour les détruire plus sûrement par un labour qui suit (Lachiver) ».

Continuer la lecture

Abaffuter

Verbe. Terme régional (Touraine).

Fiche manuscrite « Abafutter » de Marcel Lachiver

 

Sens et références

A. – SENS PROPRE

Faire sortir un gibier d’un refuge en faisant du bruit (Lachiver).

  • 1912 « … renvoyer un gibier en faisant du bruit », Rougé, ‘Le parler tourangeau’, La Gazette médicale du Centre, 1er février, p. 40.

B. – SENS FIGURÉ

Chasser violemment quelqu’un (1912, ibid.).

Étymologie et histoire

Sans doute issu du verbe affûter, « chasser à l’affût », précédé du préfixe ab- qui marque l’éloignement, la séparation.

Aboi

Subst. masc. Terme de vénerie.

Formes : abay (variantes graphiques : aba, abai, abbay, habaix), aboy (variantes graphiques : abboy, abboi, aboi), esbais.

Fiche manuscrite « Aboi » de Marcel Lachiver

 

Sens et références

A. – SENS PROPRE

I. Cri du chien (Lachiver) ; synon. d’aboiement.

  • 1583 « En revenant de là, j’entrevois en mon bois / Où de mes chiens courans j’entendrois les abois ; / Puis en courbant le dos et en retournant le teste / Reculerois un peu pour voir passer la beste », in Récits de campagne et de chasse, éd. Del Moral, p. 3 [La Vie à la campagne d’un gentilhomme picard].

Continuer la lecture

Battue

Subst. fém. Terme de chasse à tir.
Forme : battüe.

Fiche manuscrite « Battue » de Marcel Lachiver

Sens et références

Action de battre les bois et taillis pour en faire sortir le gibier (Lachiver) ; en particulier, partie de chasse pratiquée par des rabatteurs qui battent les buissons et des tireurs qui attendent la fuite du gibier ainsi traqué (TLF).

Continuer la lecture

Autour

Subst. masc. Terme de fauconnerie.
Formes : autoir, hostur, oiteur, ostoir, ostouer, ostour.

Fiche manuscrite « Autour » de Marcel Lachiver

Sens et références

Nom d’un genre d’oiseaux rapaces diurnes voisins des milans et, en particulier, oiseau de proie du genre des oiseaux de poing (Lachiver), utilisé pour les lapins et les lièvres :

Continuer la lecture