Hagard

Adj. Terme de fauconnerie.
Forme : hagart.

Sens et références

A. – SENS PROPRE

En parlant d’un faucon, qui n’a pas été pris au nid et qui ne s’apprivoise pas aisément (Lachiver), parce qu’ayant subi plusieurs mues à l’état sauvage, reste farouche (DMF) :

  • 1392-94 « Esprevier hagart est celluy qui est mué de haye ; et s’il est d’un an il tient du sor aucunement, car s’il ne tient du sor, c’est signe qu’il tient de deux mues », in DMF [Le Ménagier de Paris].
  • 1416-18 « … un faulcon hagart qui ne tient point de sor, pour ce 4 livres », in DMF [Comptes de l’État bourguignon].
  • 1606 « C’est un mot de Faulconnerie, dont est dit Faulcon hagard, celuy qui n’est de l’année, ains a plus d’une mue, et a longuement esté à celuy, qui a été prins de repaire, ou au passage, et est le contraire de sor », Nicot, Thrésor.
  • 1690 « … en termes de Fauconnerie, signifie un faucon qui n’a pas esté pris au nid, qui est difficile à apprivoiser, le contraire de sor, qui a plusieurs muës », Furetière, Dict. universel (→ 1834, Baudrillart, Dict. des chasses).
  • 1762 « En termes de fauconnerie, on appelle Un faucon hagard, Un faucon qui a été pris après plus d’une mue, et qui ne s’apprivoise pas aisément », Dict. de l’Académie française, 4e éd. (→ 1873-77, Littré).

B. – SENS FIGURÉ

  1. Par ext., se dit de quelqu’un qui a l’air farouche et sauvage, comme un faucon hagard (Lenoble-Pinson).
    • 1606 « Par métaphore on use de ce mot Hagard, pour farouche, estrange et qui ne s’accorde et ne compatit avec les autres », Nicot, Thrésor.
    • 1690 « Qui a quelque chose de rude, de menaçant, de furieux », Furetière, Dict. universel.
    • 1873-77 « Qui a l’air farouche et sauvage comme ces faucons », Littré.
  2. Se dit aussi de quelqu’un dont le comportement traduit un état d’égarement, de désarroi, d’affolement hébété (1836, in TLF).

Étymologie et histoire

Le mot est attesté comme terme de fauconnerie vers 1392-84 dans Le Ménagier de Paris pour désigner un oiseau de proie qui, ayant mué à l’état sauvage, est farouche et difficile à dresser. Il a été suggéré un rapprochement avec la racine germanique hag-, « clôture, haie (d’arbre) », à l’origine du bas latin haja (IXe s.), d’où provient l’ancien français haye, car l’oiseau hagard est dit mué de haye par opposition à celui qui est mué de ferme, c’est-à-dire domestique (Bord et Mugg, Dict. cyn.). Toutefois, un autre étymon germanique est possible : il s’agit de l’élément hag- au sens de « sauvage, maigre », attesté dans le composé allemand Hagerfalk, « faucon sauvage », et le moyen anglais hagger, « sauvage, décharné » (TLF). L’adjectif hagard est devenu rare suite à la disparition de la chasse au vol dans nos provinces au cours du XVIIIe s. À partir du XVIe s., des sens figurés apparaissent dans la langue courante qui restent encore vivants de nos jours (Lenoble-Pinson).

Illustration

Faucon hagard. D’après Jacques de Sève, dessinateur de l’Histoire naturelle des oiseaux, Paris, Imprimerie royale, 1770, t. I, p. 266, pl. 16. © BnF, Gallica.

Cite this article as: Elisabeth Ridel-Granger. Hagard. In Paroles de paysans, 20/10/2021. Consulté le 28/01/2023. Disponible à l'adresse https://lexirural.hypotheses.org/2314