Gibier

Subst. masc.

Fiche manuscrite « Gibier » de M. Lachiver

Sens et références

I. Obs. Chasse, plaisir de la chasse (DMF).

  • 1359-77 « … je moustre que le gibier / Dure de l’an plus d’un quartier », Gace de la Buigne, Déduits de chasse, p. 493.
  • c. 1361 « Uns siens voisins li envoia / Une tres bele haguenee, / Bien alant et bien ensellee, / Et un trop gentil esprivier, / Bien affaitié pour le gibier, Et si ot un petit chiennet / Qu’eins ne vi si bel ne si net », in DMF [G. de Machaut, La fonteinne amoureuse].
  • 1493-98 « … ledit escuier prenoit sa plaisance a la chasse et gibier de oyseaux et bestes sauvages », in DMF [G. Tardif, Apologues].

Locutions

  1. Aller, estre au ou en gibier : aller, être à la chasse.
    • 1354-77 « … le cerf abaiant trouverent / Emprés l’ostel d’un chevalier, / Qui estoit alé en gibier, / Et sa feme o lui fu alee, / Qui out pris d’une grant volee / De perdriaus a son oisel », Henri de Ferrières, Modus et Ratio, p. 234.
    • 1450 « … il se parti après disner de l’ostel de Lousmelière, appartenant à sa mère, à pié, ung tiercelet d’autour sur le poing et deux petiz chiens à oyseaux avec une levrière seulement, pour aler en gibier pestre son dit oyseau sur une perdriz », in DMF [Documents concernant le Poitou].
  2. Gibier des oiseaux : mode de chasse avec un oiseau de proie ; synon. de fauconnerie.
    • 1422 « Et telz y a qui jour et nuit sont par les bois et par les champs a chacer les bestes et au gibier des oiseaulx, et les aultres rompent chevaulz au pourchaz des offices », in DMF [A. Chartier, Quadrilogue].
  3. Mener en gibier : emmener à la chasse.
    • 1459 « … et plusieurs fois luy fist enfermer les chiens et oyseaulx de la maison de sa mère, à ce qu’il ne les menast en gibier à son esbat », in DMF [Archives d’un serviteur de Louis XI].
  4. Temps de gibier : saison de chasse.
    • 1359-77 « Quant vendra le temps de gibier, / Chascun en ta route esprevier / Aura, qui le saura porter / Et qui s’en saura bien jouer », Gace de la Buigne, Déduits de chasse, p. 120.
    • 1456-67 « … n’avez vous pas icy… les belles plaines, tant plaisantes que a souhaiter, pour le deduyt des oyseaulx en temps de gibier et aultre ? », in DMF [Les Cent nouvelles nouvelles].

II. Par méton. Terme collectif pour désigner les animaux sauvages qu’on prend à la chasse, soit pour les manger, soit pour équilibrer les populations (Lachiver).

  • 1359-77 « Un en avoit en sa maison [un épervier] / Qu’aprés gibier laissa aler, / Car ne le vouloit pas muer, / Maiz, quant d’avecques soy l’osta, / Ges et glocetes li osta, / A la fin qu’il ne feust repris », Gace de la Buigne, Déduits de chasse, p. 318.
  • 1690 « Venaison, toutes les chairs et animaux bons à manger qu’on prend à la chasse », Furetière, Dict. universel.
  • 1834 « Il se dit des animaux qu’on prend à la chasse, et qui sont bons à manger… On ne donne point le nom de gibier aux animaux qui ne sont pas bons à manger, quoiqu’ils fassent l’objet d’une chasse quelconque… Mais si les plaisirs de la chasse réclament la conservation du gibier, d’un autre côté, l’intérêt de l’agriculture exige que la multiplication n’en soit pas excessive », Baudrillart, Dict. des chasses.

Locutions

  1. Selon la taille du gibier :
    1. Gros gibier : comprend le cerf, le daim, le chevreuil, le bouquetin, le sanglier, etc. (1884, Baudrillart, Dict. des chasses).
    2. Menu gibier : les perdrix, les cailles, les grives, les mauviettes, et autres espèces de petits oiseaux (ibid.).
    3. Moyen gibier : gibier intermédiaire entre le gros et le menu.
      • 1834 « On pourrait former une classe intermédiaire pour le moyen gibier, qui comprendrait le lièvre, le lapin, et quelques gros oiseaux, tels les canards, les gélinottes, les tétras, etc. », ibid.
  2. Selon la nature du gibier :
    1. Gibier à poil : les lièvres, lapins, chevreuils, etc. (Lachiver).
    2. Gibier à plume : les perdrix, faisans, cailles, etc. (ibid.) ; synon. de menu gibier.
  3. Selon le lieu de vie du gibier :
    1. Gibier de bois : gibier qui comprend le cerf, le daim, le chevreuil, le bouquetin, le sanglier, etc. (1834, Baudrillart, Dict. des chasses).
    2. Gibier de marais ou d’étang : comprend les canards sauvages, les pluviers, etc. (ibid.).
    3. Gibier de plaine : lièvres, perdrix, cailles, etc. (ibid.).

III. Au XVIe siècle, lieu de chasse (Lachiver).

Étymologie et histoire

Le mot est d’abord attesté vers 1176 avec son sens premier de « plaisir de la chasse », chez Chrétien de Troyes (aler an gibiers, « aller à la chasse »), il prend ensuite, au XIVe siècle, le sens particulier de « viande d’oiseaux » (Gace de la Buigne, Déduits de chasse). Et c’est au XVIe siècle que le sens qu’on lui connait aujourd’hui apparaît : « animaux bons à manger qu’on prend à la chasse » (1589). Étymologiquement, gibier est d’abord issu par substitution de suffixe de l’ancien français gibiez, « chasse aux oiseaux », qui vient lui-même de l’ancien bas francique *gabaiti, que l’on reconstitue d’après le moyen haut allemand gebeize, « chasse au faucon » ; cf. l’allemand Beize, « chasse aux oiseaux de proie » (TLF).

Illustrations

Chien poursuivant un gibier (un lapin de garenne), d’après un manuscrit latin du XIVe siècle, conservé à la Bibliothèque Rosalis de Toulouse. © BnF, Gallica.

Monsieur Guérin, doyen des crieurs aux Halles centrales de Paris, vendant dans sa boutique du petit gibier à poil (lapins de garenne, lièvres) et à plume (perdrix, faisans), d’après une photographie de presse de l’Agence Rol, en 1908 (cliché n° 2942). © BnF, Gallica.

Cite this article as: Elisabeth Ridel-Granger. Gibier. In Paroles de paysans, 20/10/2021. Consulté le 28/01/2023. Disponible à l'adresse https://lexirural.hypotheses.org/2303