Change

Subst. masc. Terme de vénerie et de fauconnerie.

Fiche manuscrite « Change » de M. Lachiver. Recto

Fiche manuscrite « Change » de M. Lachiver. Verso

Sens et références

A. – SENS PROPRE

I. Vénerie. Substitution d’une nouvelle bête à celle qui a été lancée d’abord (Lachiver).

  • 1387-89 « Donc, quant il orra aucuns chascier et les saiges chienz demourer, il puet bien savoir que c’est le change, mes, quant nul ne crie plus avant, c’est une reüse ou esteurse », Gaston Phébus, Livre de chasse, p. 196.
  • 1481-90 « Par son pais il [le cerf] va tournant, Tant luy greve de le laisser. Le change quiert, c’est pour neant, La teste luy fauldra baisser », in DMF [J. de Brézé, Chasse].
  • 1834 « En vénerie, ce mot se dit d’une bête qui est substituée à celle que l’on chasse », Baudrillart, Dict. des chasses.

Locutions

  1. Aller devant le change : se dit, en parlant du cerf, lorsqu’après l’avoir mis sur le pied, il le quitte et perce en avant (1834, Baudrillart, Dict. des chasses).
  2. Bondir du change : en parlant des chasseurs ou de leurs chiens, mettre sur pied une autre bête que celle de la meute (ibid.).
  3. Être hardi dans le change : se dit d’un chien qui garde le change (ibid.).
  4. Être timide dans le change : se dit d’un chien qui peine à démêler la voie du cerf de meute (ibid.).
  5. Garder le change : en parlant des chiens, ne pas perdre la voie de la bête qui se fait accompagner (ibid.).
    • 1769 « … garder le change, c’est lorsque les Chiens ne quittent pas l’animal de meute, quoiqu’il en parte plusieurs devant lui », Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.
    • 1778 « Garder le change, c’est lorsque les chiens poursuivent toujours la même bête, comme le Cerf, quoiqu’ils en aient quelquefois plusieurs à vue », Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande. Dict.
  6. Pousser le change : en parlant d’un cerf, lorsqu’il fait aller d’autres cerfs ou biches devant lui, et qu’il retourne dans ses voies, ou se met sur le ventre (1834, Baudrillart, Dict. des chasses).
  7. Avoir change, prendre le change ou tourner au change : en parlant des chiens, abandonner la voie de la bête de meute pour suivre celle du change (ibid.).
    • 1354-77 « Il avient que, quant l’en lesse courre les jeunes chiens rades aussi tost comme les autres, que de leur radeur il enpaingnent et passent oultre, et aqueillent le change bien souvent », Henri de Ferrières, Modus et Ratio, p. 40.
    • 1387-89 « Il avient que, quant l’en lesse courre les jeunes chiens rades aussi tost comme les autres, que de leur radeur il enpaingnent et passent oultre, et aqueillent le change bien souvent », Gaston Phébus, Livre de chasse, p. 197.
    • 1769 « … prendre le change, c’est lorsque les Chiens chassent un autre animal que celui qu’ils ont d’abord entrepris », Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.
    • 1778 « On dit : Nous avons change, quand les chiens chassent un autre animal que celui qu’ils ont d’abord entrepris », Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande. Dict.

II. Fauconnerie. Empêcher le faucon d’aller au change, l’empêcher de quitter l’oiseau qu’il chasse pour en prendre un autre (Lachiver).

  • 1690 « … se dit aussi en terme de Fauconnerie, lorsque l’oiseau quitte son entreprise pour une nouvelle, ou lors qu’il prend des pigeons, ou d’autre gibier qu’il ne doit pas voler », Furetière, Dict. universel (→ 1834, Baudrillart, Dict. des chasses).

B. – SENS FIGURÉ

  1. Donner le changer : tromper quelqu’un en lui faisant prendre une chose pour une autre ou en lui donnant une fausse impression (Lenoble-Pinson).
  2. Prendre le change : se laisser abuser, se laisser convaincre ou persuader par un faux-semblant (ibid.).
    • 1690 « … on dit figurément, qu’un homme a pris le change, qu’on luy a donné le change, quand on luy a fait quitter quelque bonne affaire pour en poursuivre une autre qui luy est moins avantageuse », Furetière, Dict. universel.

Étymologie et histoire

Le mot apparaît vers 1160 chez l’auteur d’Eneas avec le sens de « troc, échange » ; à cette époque (chez Thomas, Tristan), change a déjà une acception cynégétique et signifie « direction vers un autre cerf que le cerf a lancé » (TLF). Le change, « c’est d’abord un animal, c’est-à-dire un autre animal que celui qui a été lancé au début de la chasse à courre » ; d’où l’expression bête de change, réduit à change comme substantif masculin (Lenoble-Pinson). Au sens figuré donner le change apparaît chez Molière en 1656, tandis prendre le change est attesté chez La Rochefoucauld en 1649 (ibid.).

Cite this article as: Elisabeth Ridel-Granger. Change. In Paroles de paysans, 20/10/2021. Consulté le 28/01/2023. Disponible à l'adresse https://lexirural.hypotheses.org/2293