Hampe

Subst. fém. Terme de vénerie.

Sens et références

Poitrine du cerf (Lachiver).

  • 1354-77 « Puis oste la surgorge, c’est une char qui est depuis le bout de la hampe par desur la gorge », Henri de Ferrières, Modus et Ratio, p. 52.
  • 1387-89 « Puis doit fendre le cerf depuis endroit la guele tout au long par dessus le ventre jusques au cul, et puis doit prendre le cerf par le pié destre devant et enciser tout entour la jambe au dessoubz de la jointe du pié et le doit pourfendre o la pointe du coutel par dessus la jambe tout au long, depuis son enciseüre jusques a la hampe ou poytrine, jusques a l’enciseüre qu’il a fet au long du ventre et de la hampe », Gaston Phébus, Livre de chasse, p. 178.
  • 1392-94 « Et nota que ce que l’en dit la poictrine d’un beuf, l’en dit le brichet d’un mouton. Et quant l’en parle d’un cherf, l’oz d’icelle poictrine est nommé la hampe », in DMF [Le Ménagier de Paris].
  • 1769 « Hampe du Cerf, sa poitrine. On la léve quand le Cerf est en venaison et c’est un morceau très-délicat à manger », Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.
  • 1778 « Hampe de Cerfs. C’en est la poitrine : on la leve lorsque le Cerf est en venaison, et c’est un excellent morceau, quand elle est accommodée par un non cuisinier », Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande. Dict.

Étymologie et histoire

Attesté dès la 2e moitié du XIIe siècle (Chace dou cerf), le mot est d’origine incertaine, peut-être issu d’un croisement très ancien de l’ancien haut allemand wampa, « ventre, panse », avec l’ancien bas francique *hamma, « jarret, cuisse » (TLF).

Illustration

Poitrine d’un cerf. D’après Charles-Jean Goury de Champgrand, Traité de vénerie et de chasses, Paris, Hérissant, 1769, p. 26, pl. 4. © BnF, Gallica.

 

 

 

 

 

Cite this article as: Elisabeth Ridel-Granger. Hampe. In Paroles de paysans, 05/07/2021. Consulté le 28/01/2023. Disponible à l'adresse https://lexirural.hypotheses.org/2280