Gagnages

Subst. masc. plur. Terme de vénerie.
Formes : gaignage.

Sens et références

Terres semées de grains ou en herbe réservées aux bêtes qui vont chercher leur nourriture à certaines heures (Lachiver).

  • 1387-89 « La char du chevrel est la plus sainne que on puisse mengier de beste sauvaige. Ilz vivent d’erbes et des gaignages, de vignes et de ronces, de glant et de toutes faines et de toutes autres revenues de boys », Gaston Phébus, Livre de chasse, p. 75.
  • 1561 « Il faut icy entendre qu’il y ha difference entre gaignages et tailles, car ce que nous appelons gaignages, sont champs et iardins ou croissent toutes especes de bledz, et potages : et quand les Cerfz vont là viander, nous disons qu’ilz ont esté aux gaignages », Fouilloux, Vénérie, p. 76.
  • 1665 « Gaignages, ce sont les lieux où sont les grains, où les bestes fauves vont la nuict se repaistre et viander », Salnove, Vénerie royale. Dict.
  • 1690 « Gagnages, en termes de Venerie, se dit des terres chargées de grains où les bestes fauves vont au viandis. Ce cerf a fait sa nuit aux gagnages, y est allé viander », Furetière, Dict. universel.
  • 1769 « Gagnages, pièces de terre ensemencées, dans lesquelles les animaux vont faire leur nuit », Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.
  • 1834 « C’est ainsi qu’on nomme les terres ensemencées où les cerfs, les daims, etc., vont viander, c’est-à-dire pâturer pendant la nuit », Baudrillart, Dict. des chasses.

Étymologie et histoire

Attesté vers 1155 sous la forme guaainage chez Wace, Roman de Brut, au sens de « produit de la terre, revenu », le mot acquière une spécialisation cynégétique vers la fin du XIVe s. dans le Livre de chasse de Gaston Phébus, où il désigne précisément le « champ où le gibier va prendre sa nourriture ». Il dérive du verbe gagner avec un suffixe –age (TLF).

Illustrations

Deux cerfs aux gagnages en lisière de la forêt de Cerisy (à l’ouest de l’ancienne maison forestière de Cantepie), le 14 mai 2020 en début de matinée. © Vincent Cazin.

« Comme le Veneur doyt aller en queste aux tailles ou gaignages, pour veoir le Cerf a veue ». D’après Jacques du Fouilloux (1519-1580), La Vénerie, Poitiers, Marnefz et Bouchetz frères, 1561, p. 71. © BnF, Gallica.

« Comme le Veneur doyt aller en queste aux gaignages ». D’après Jacques du Fouilloux (1519-1580), La Vénerie, Poitiers, Marnefz et Bouchetz frères, 1561, p. 76. © BnF, Gallica.

 

Cite this article as: Elisabeth Ridel-Granger. Gagnages. In Paroles de paysans, 05/07/2021. Consulté le 28/01/2023. Disponible à l'adresse https://lexirural.hypotheses.org/2272