Daim

Subst. masc. Terme de vénerie et de chasse à tir.
Formes : dain, daine (fém.), deim.

Fiche manuscrite « Daim » de M. Lachiver

Fiche manuscrite « Daine » de M. Lachiver

Sens et références

I. Mammifère ruminant des forêts d’Europe, voisin du cerf mais plus petit, à robe fauve, tachetée de blanc, dont les andouillers supérieurs sont aplatis et palmés (Lachiver). Hormis quelques populations vivant dans l’est, en Normandie et dans le sud-est, le daim ne se rencontre plus en France que comme animal de parc ; chassé autrefois essentiellement à courre, il est maintenant surtout chassé à tir (Bord et Mugg, Dict. cyn.).

  • 1387-89 « Et en toutes autres choses de leurs natures aussi vet devant le cerf, quar, quant les cerfs ont ja esté quinze jours au ruit, a paine le dain se commence a eschaufer », Gaston Phébus, Livre de chasse, p. 68.
  • 1392-93 « … il entra en la terre de Poictou, la ou il trouva grant foison de haultes forests non habitees, et en aucuns lieux, grant foison de sauvagine, comme cerfs, bisches, dains, chevreulx, porcs, et autres bestes sauvaiges », in DMF [Jean d’Arras, Mélusine].
  • 1460-83 « Et, après disner, [Olivier le Diable] les mena au bois de Vincennes esbatre et chasser aux dains dedens le parc dudit bois, et après s’en revint chascun en son hostel », in DMF [Jean de Roye, Chron. scandaleuse].
  • 1769 « Le Daim est beaucoup plus petit que le cerf, et tient à peu près le milieu pour la grosseur entre le cerf et le chevreuil. Les Daims se tiennent plus volontiers dans les parcs, que dans les grandes forêts. L’Angleterre est le pays où il y en a le plus ; et l’on y fait grand cas de cette venaison, que les chiens préfèrent à tous les autres animaux », Goury de Champgrand, Traité de vénerie, p. 50.
  • 1834 « Le daim et le cerf ont un très grand rapport entre eux, non seulement par le naturel, mais encore par leur forme extérieure et la confrontation de leurs viscères. Mais le daim a le port moins noble et il est beaucoup plus petit, il tient à peu près le milieu entre cerf et le chevreuil », Baudrillart, Dict. des chasses.

II. Par ext. Peau de cet animal chamoisée (Lachiver).

Étymologie et histoire

Attesté vers 1170 sous la forme dain (Chrétien de Troyes), du bas latin damus, même sens (TLF).

Illustrations

« Du daim et de toute sa nature ». D’après Gaston Phébus, Livre de chasse, 1387-1389, dans une édition du début du XVe s. © BnF, ms fr. 316, fol. 20r. Gallica.

 

 

« Ci devise comment le bon veneur doit chasser et prendre le daim à force ». D’après Gaston Phébus, Livre de chasse, 1387-1389, dans une édition du début du XVe s. © BnF, ms fr. 316, fol. 85v. Gallica.

 

 

La famille daim : le mâle, la femelle (la daine) et le petit (le faon). D’après Jean-Charles Goury de Champgrand, Traité de vénerie et de chasses, Paris, Hérissant, 1769, p. 50, pl. 11.

Cite this article as: Elisabeth Ridel-Granger. Daim. In Paroles de paysans, 05/07/2021. Consulté le 28/01/2023. Disponible à l'adresse https://lexirural.hypotheses.org/2263