Éventer

Verbe. Terme de vénerie et de piégeage.

Sens et références

A. – SENS PROPRE

I. Vénerie. Déceler la présence d’un gibier à son odeur (Bord et Mugg, Dict. cyn.).

  • 1769 « Prendre le vent, et sentir de loin », Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.
  • 1778 « … prendre le vent. C’est lorsqu’un chien sent de loin quelque chose : les animaux sauvages éventent également », Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande. Dict.
  • 1935 « Et, par-dessus tout, il y a la beauté de l’arrêt. Voyez votre setter ou votre épagneul éventant l’oiseau [une bécassine] devant lui : quelques pas prudents, et le voilà, soudain, planté dans la vase, immobile, figé au milieu des joncs, le corps tendu », in Lenoble-Pinson [Le chasseur français, avril].

locution

Éventer la voie : se dit d’un chien qui trouve une voie fraîche (Lachiver).

  • 1834 « On dit éventer la voie, en parlant d’un chien qui rencontre une voie si fraiche, qu’il la sent, lors même qu’il ne met pas le nez à terre, ou quand, après un défaut, les chiens ont le vent de la bête qui se trouve dans une enceinte, ce qu’ils témoignent en portant le nez haut », Baudrillart, Dict. des chasses.

II. Piégeage. Loc. Éventer un piège : lui ôter l’odeur qui pourrait en éloigner l’animal (Lachiver).
• 1834 « C’est en déguiser l’odeur en le frottant avec quelques substances qui attirent l’animal qu’on veut prendre », Baudrillart, Dict. des chasses.
• 1933 « Éventer : Sentir une odeur… Généralement le mordant [renard, martre, putois belette, etc.] évente le piège lorsque celui qui l’a placé n’a pas pris la précaution d’éviter de laisser une odeur humaine aux alentours », in Lenoble-Pinson [Journal des chasseurs et des gardes, 25 avril].

B. – SENS FIGURÉ

Éventer quelqu’un ou quelque chose : découvrir l’identité de quelqu’un ou déceler ce qui était délibérément tenu caché et, éventuellement, par la suite, en éviter ou en neutraliser les effets (Lenoble-Pinson).

  • 1690 « … se dit figurément en choses morales, et signifie, Decouvrir un secret, mettre au jour une chose qu’on vouloit cachée » », Furetière, Dict. universel.

Étymologie et histoire

Au sens propre, éventer est attesté vers 1120 sous la forme esventer avec le sens de « dépister », et plus précisément « déceler (dans le vent) une présence par l’odorat » (Lenoble-Pinson). Dans éventer… se trouve l’élément vent, du latin ventus, qui a ici son acception cynégétique : « air et émanations propres », précise Michèle Lenoble-Pinson. Et de poursuivre : « Quel que soit le mode de chasse, le vent – son orientation, sa vitesse, son degré d’humidité – joue un rôle important. Il porte, en effet, les émanations des chasseurs et des veneurs, des chiens et aussi celles du gibier et des animaux dits nuisibles. » Quant au sens figuré, il apparaît vers la fin du XVIe s., souvent dans une langue soutenue (ibid.).

Cite this article as: Elisabeth Ridel-Granger. Éventer. In Paroles de paysans, 29/06/2020. Consulté le 28/01/2023. Disponible à l'adresse https://lexirural.hypotheses.org/2251