Trace

Subst. fém. Terme de vénerie.
Formes : trache, traiche, trasse.

Sens et référence

I. Marque laissé par le passage d’une personne, d’une troupe, d’un animal (DMF) ; en termes de chasse, empreinte laissée au sol par le gibier.

  • 1690 « Le gibier laisse des traces, des marques de lieux où il a passé », Furetière, Dict. universel.
  • 1834 « Marque ou empreinte du pied d’une bête sur la terre », Baudrillart, Dict. des chasses.

locutions

  1. À trace : à la suite de, derrière (DMF).
    • 1400-1403 « Car trois grans loups en la cité Entrerent et enmy la place De la ville, trainant a trace, Alerent », in DMF [Christine de Pisan, Livre de la Mutacion de Fortune].
  2. De trace en trace : suite d’empreintes laissées au sol par un animal.
    • 1455 « Ensement le sievra que li quiens le sengler Flairant de traiche en trache », in DMF [Jourdain de Blaye].
  3. Beste à trace : bête traquée à courre (DMF).
    • c. 1372 « Le premier veneur. … or vouldroie Que par cy venist beste a trasse, Si que mes chiens aler laissasse Pour courre après », in DMF [Miracle de saint Jehan le Paulu].
  4. Chien de trace : chien courant (DMF).
    • c. 1372 « Nous vous faisons conmandement, Seigneurs, que voz roiz, voz levriers Voz chiens de trace et voz lemiers Menez au bois tost sanz laissier. Il nous convient aler chacier », in DMF [Miracle de saint Jehan le Paulu].

II. En part. Marque que le sanglier et, en général, les bêtes noires laissent de leurs pieds sur la terre, ce qui les fait reconnaître des chasseurs (Lachiver).

  • 1561 « Communement on cognoist les grands vieux Sangliers aux traces, desquelles les formes en doyvent estre grandes et larges, les pinces de la trace de devant rondes et grosses, les couppantz des costez des traces usez, sans se monstrer tranchantz, le talon large, les gardes grosses et ouvertes, desquelles il doyt donner en terre sur le dur par tout ou il marche », Fouilloux, Vénerie, p. 137.
  • 1665 « … c’est le pied des bestes noires », Salnove, Vénerie royale. Dict.
  • 1690 « En termes de Chasse on dit les traces du sanglier, au lieu de dire les pieds », Furetière, Dict. universel.
  • 1769 « Trace, pied du Sanglier et du Loutre », Goury de Champgrand, Traité de vénerie. Dict.
  • 1778 « Une bête mâle de compagnie a plus de pied devant que derrriere, et porte toujours la trace de derriere dans celle de devant… Un bête de compagnie femelle, qui sera de la même portée du jeune Sanglier dont je viens de parler, aura beaucoup moins de talon ; et ses pinces seront pointues, les côtés de ses traces seront coupants… En un mot, un Sanglier mâle se distingue de la Laie, c’est-à-dire, de la femelle, par les allures qui sont plus grandes, parce qu’il met la trace de derriere dans celle de devant… », Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande, p. 289.
  • 1778 « Trace du Sanglier et de la Loutre ; ce sont les pas ou la forme du pied de ces deux différents animaux », Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande. Dict.
  • 1834 « On le dit particulièrement d’une bête noire. C’est aussi le pied du sanglier ; on dit même prendre un sanglier par ses traces, pour dire par ses pieds », Baudrillart, Dict. des chasses.

Étymologie et histoire

Déverbal de tracer, « suivre les empreintes des animaux, poursuivre quelqu’un » ; substantif attesté dans la première moitié du XIIe s. (Psautier d’Oxford) avec le sens général de « vestige que quelqu’un laisse à un endroit où il est passé » (TLF).

Illustrations

Trace d’un sanglier et d’une laie. D’après Jean-Baptiste-Jacques Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande, Rouen, Laurent Dumesnil, 1778, p. 289-II. © BnF, Gallica.

 

Trace d’un vieux sanglier. D’après Jean-Baptiste-Jacques Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande, Rouen, Laurent Dumesnil, 1778, p. 289-IV. © BnF, Gallica.

 

Cite this article as: Elisabeth Ridel-Granger. Trace. In Paroles de paysans, 06/05/2020. Consulté le 28/01/2023. Disponible à l'adresse https://lexirural.hypotheses.org/2212