Saint-Hubert

Subst. fém. et masc. Terme de vénerie et de chasse à tir.

Sens et référence

I. (subst. masc.) Vénerie et chasse à tir. Race issue des chiens de l’abbaye de Saint-Hubert (Ardennes Belges), particulièrement réputés et recherchés sous l’Ancien Régime ; ce grand chien à la silhouette caractéristique possède toutes les qualités d’un excellent limier pour la chasse à courre, il est également employé dans la chasse à tir du sanglier (Bord et Mugg, Dict. cyn.).

  • 1561 « Les chiens que nous appelons de Saint Hubert, doyvent estre communément tous noirs, toutes fois on ha tant meslé leur race, qu’ilz en vient auiourd’huy de tous poilz. Ce sont les Chiens dont les Abbez de Saint Hubert ont tousiours gardé de la race, en l’honneur et memoire du saint, qui estoit veneur avec saint Eustache […]. Pour revenir au premier propos, ceste race de Chiens ha esté semee par les pays d’Haynaud, Lorraine, Flandre et Bourgongne. Ilz sont puissans de corsage, toutesfois ilz ont les iambes basse et courtes : aussi ne sont ilz pas viftes, combien qu’ilz soyent de hault nez, chassans de forlonge ; ne craignans les eaux ne les froidures, et desirent plus les bestes puantes, comme Sangliers, Regnardz, et leurs semblables, qu’autres, parce qu’ilz de se sentent pas de cueur ne le viftesse pour courir et prendre les bestes legieres », Fouilloux, Vénerie, p. 12.
  • 1938 « La race de St-Hubert est la plus ancienne de toutes les races de chiens français ; son origine se perd dans la nuit des temps. Avant saint Louis, c’est elle qui fournit les équipages royaux ; jusqu’à la Révolution, les limiers de la vénerie royale étaient des chiens de cette belle race. Les abbés de St-Hubert, qui les élevaient, envoyaient chaque année au roi, leurs six plus beaux élèves. […]. M. Le Coulteux de Canteleu, qui a élevé plus de trois cents de ces chiens, et qui a essayé d’en constituer une meute, leur reconnaît de grandes qualités. ‘Les St-Hubert chassaient toutes les bêtes, mais plus particulièrement le cerf. Ils possédaient, surtout, une grande facilité à garder change. Ils avaient une gorge superbe, mais plutôt cogneurs que hurleurs, leurs nez était assez fins… Ils ne craignaient ni les eaux, ni le froid’ », Chiens de chasse, p. 39.

II. (subst. fém.) Vénerie. Fête des chasseurs, traditionnellement fixée au samedi qui suit le 3 novembre (Bord et Mugg, Dict. cyn.).

III. (subst. masc.) Chasse à tir. Armoire à cartouches ; en l’honneur de saint Hubert, patron des chasseurs : « à vendre, petit saint-hubert XIXe siècle » (Lachiver).

Étymologie et histoire

Termes directement issus du nom de saint Hubert, patron des chasseurs, qui fut évêque de Tongres, Maastricht et Liège et qui est mort en 727 ; à l’occasion de la Saint-Hubert, les équipages de vénerie font bénir leurs meutes à l’issue d’une messe traditionnelle (Bord et Mugg, Dict. cyn.).

Illustrations

« Des Chiens noirs anciens de l’abbayes saint Hubert en Ardene ». D’après Jacques du Fouilloux (1519-1580), La Vénerie, Poitiers, Marnefz et Bouchetz frères, 1561, p. 12. © BnF, Gallica.

 

 

 

Un chien Saint-Hubert. D’après Les chiens de chasse, Saint-Étienne, Manufacture française d’armes et cycles, 1938, p. 39. © BnF, Gallica.

 

 

 

Célébration de la Saint-Hubert à Vaubadon, au début du XXe siècle, avant le départ de la chasse à courre. © Carte postale ancienne, collection Élisabeth Ridel-Granger.

Cite this article as: Elisabeth Ridel-Granger. Saint-Hubert. In Paroles de paysans, 29/04/2020. Consulté le 28/01/2023. Disponible à l'adresse https://lexirural.hypotheses.org/2195