Archure

Subst. fém. Terme de moulin.
Formes : archeure, arcure, arcqueure.

Sens et références

Dans un moulin, pièces de menuiserie, en forme de coffre, qui sont placées devant les meules, et qui se démontent quand il faut rebattre ces meules (Lachiver).

  • 1358 « … pour refaire l’arcure dudit molin et y mettre 8 grans noes cercles que dehors que dedens par Gillet le Cuvelier », in Coutant, Dict. hist. et techn. du moulin [Bruay-la-Buissière].
  • 1371 « Si le musnier ouvre son molin sans férir en l’archeure afin que s’il y a rat ou rate qu’il saille fors et le blef ou la farine en est gastié, le musnier en est tenuz du rendere et amender, car c’est chose périlleuse », in DMF [Chartes de communes et d’affranchissements en Bourgogne].
  • 1654 « … racommoder larcqueure dicelle avec une piece ou deux de planches audict moullin… », Arch. dép. Manche, 5E 8971 [Haute justice de Cerisy et tabellionage royal de Cerisy].
  • 1690 « Terme de Menuisier, qui se dit des pieces de menuiserie qui sont au devant des meules d’un moulin, et qui quand il les faut rebatte, se démontent », Furetière, Dict. universel.

Étymologie et histoire

Attesté dès le XIIIe s. sous la forme arcure, dérivé de arche, « coffre », avec un suffixe -ure (TLF). La forme arcqueure est dialectale, représentative des parlers normands.

Illustration

Archure d’une des meules du moulin de Marcy (Le Molay-Littry, Calvados). © Agnès Marie, janvier 2016.

 

 

 



Citer ce billet
Elisabeth Ridel-Granger (2020, 22 avril). Archure. Paroles de paysans. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qvei