Moulin à vent

Ancien moulin à vent d’Ars-en-Ré. © É. Ridel-Granger, 11/2019

« Machine composée de diverses pièces, pour faire tourner des meules, dont l’énergie motrice fut d’abord l’eau, puis le vent, et qui est employée pour réduire les grains en farine… Le moulin à vent apparaît à la fin du XIIe siècle, à la fois en Provence (Arles, 1162), en Normandie (1180) et en Flandre ; ce sont les ailes entoilées mue par le vent qui communiquent leur mouvement à l’engrenage. Mettre les voiles aux volants s’appelait vétir [sic] le moulin (Lachiver). »


Ce bâtiment circulaire représente le corps d’un ancien moulin à vent de l’île de Ré, situé sur la commune d’Ars. Sans doute faisait-il partie des 76 moulins à vent mentionnés sur l’île dans un mémoire de 1753 (pour seulement 7 moulins à eau). La production de blé, peu cultivé sur l’île, était nettement insuffisante pour une population de plus en plus élevée. Aussi la forte densité de moulins à vent est-elle due au fait que le blé, importé en grande quantité, était transformé en farine sur place. Par ailleurs, l’exposition de l’île aux vents de l’Atlantique était particulièrement favorable à l’implantation de moulins utilisant cette force énergétique et demandant peu travaux complexes contrairement aux moulins à eau (prise d’eau, dérivation, barrage, dispositif de vannage). L’inventaire réalisé dans les années 1970-1980 par l’Inventaire général des Monuments et des Richesses artistiques de la France a en réalité permis de recenser 111 moulins, à partir de prospections de terrain et de recherches dans les archives (enquêtes sur les moulins et cartes diverses).

Carte générale de l’île de Ré 1808

Carte générale de l’île de Ré, datée de 1808. © BnF, dép. des cartes et plans, GE SH 18 PF 54 DIV 4 p 7 D, en ligne sur Gallica

Chronologie et vestiges

Si l’on relève la mention d’un moulin à vent à Ars en 1520 (situé au sud-est du clocher de l’église) et celle du moulin de Martray en 1578, les premiers moulins remontent à la première (6 mentions) ou deuxième moitié du XVIIe siècle (22 mentions). Mais la majorité apparaissent surtout dans les sources au XVIIIe siècle (63 moulins attestés), voire la première moitié du XIXe siècle avec la mention de 18 moulins. Entre 1851 et 1891, le développement de la minoterie industrielle et la modernisation des moyens de transport marquent la fin des moulins à vent sur l’île de Ré.

Les moulins étaient éparpillés sur les anciennes paroisses de l’île avec une concentration particulière sur celle de la Flotte. La plupart ont disparu, tandis que des vestiges sont encore visibles ici ou là. L’Inventaire a relevé 14 moulins sur Ars (dont 8 détruits), 10 à la Couarde-sur-Mer (dont 9 détruits) ; 5 à Loix (des vestiges subsistent pour trois d’entre eux, les autres ayant été détruits) ; 5 aux Portes (dont 2 détruits, des vestiges subsistant des trois autres) ; 11 à Saint-Clément-des-Baleines (dont 4 ont été détruits, 5 présentent des vestiges et 2 qui n’ont pu être repérés) ; 14 au Bois-Plage-en-Ré (dont 12 détruits, un offre encore des vestiges et un n’a pu être repéré) ; 24 à la Flotte (dont 20 détruits, un dérasé en 1891 et 3 non repérés) ; 4 à Rivedoux-Plage (dont 3 détruits) ; 9 à Sainte-Marie-de-Ré (dont 7 détruits, des vestiges subsistent des deux autres) ; 15 à Saint-Martin-de-Ré (dont 10 détruits).

Détail d’une carte de l’île de Ré XVIIIe

Détail d’une carte de l’île de Ré, datée du XVIIIe siècle, montrant une petite concentration de moulins à vent sur la paroisse de Saint-Martin. © BnF, dép. des cartes et plans, GE C-887, en ligne sur Gallica

Sur 111 moulins à vent recensés, 80 ont été détruits et, dans la plupart des cas, n’ont laissé aucune trace (ce qui représente plus de 88% du patrimoine total), 6 n’ont pu être localisés avec précision (en dehors de sa localisation communale), tandis que les autres subsistent sous forme de vestiges ou de bâtiments reconvertis en maisons d’habitation. Seul le moulin de Bellerre ou Bel-Air (Le Bois-Plage-en-Ré), attesté en 1674, offre encore, après restauration, l’allure d’un moulin à vent muni de ses ailes. Ces moulins étaient quasiment tous isolés ou situés en bordure d’agglomérations, même si certains étaient regroupés par deux ou trois ou rattachés à un domaine.

Le moulin de Bellerre à Bois-Plage-en-Ré

Le moulin de Bellerre à Bois-Plage-en-Ré. © É. Ridel-Granger, 11/2019

Description

La description d’un moulin nous est fournie par un procès-verbal daté de 1735. Il s’agit du moulin de la Fontaine, qui se situait à Ars. Il était composé des bâtiments suivants :

  • Une tour, située au centre d’une cour ;
  • Un espace pavé, appelé cerne, entourant la cour et fermé par un muret de pierre sèche ;
  • Une maison de deux pièces ;
  • Un cellier attenant à la maison ;
  • Une écurie séparée du cellier par l’aire à battre.

Cette description peut s’appliquer aux vestiges des quelques moulins conservés. Le cerne était un espace pavé, légèrement surélevé par rapport au niveau de la cour, qui avait pour fonction de protéger le passant des ailes en action. Les tours des moulins à vent mesuraient environ un mètre d’épaisseur pour une circonférence de 4,50 à 5 mètres et comprenaient un étage carré, où se trouvait la meule, et un comble, où était installé le reste du mécanisme. Au rez-de-chaussée, on entreposait le blé et la farine.  Les tours étaient coiffées d’une calotte conique ou chapeau, couvert de bardeaux qui pouvaient être peints en ocre jaune, en brique ou dans d’autres couleurs plus vives (d’où les noms de « Moulin Bleu », « Moulin Rouge », etc.). Les toitures d’origine ont toutes disparu, certaines ont été remplacées par des terrasses ou des toits coniques en zinc.

Détail du moulin de Bellerre à Bois-Plage-en-Ré. © É. Ridel-Granger, 11/2019

Quant au logis du meunier, il est toujours de forme rectangulaire et tourné vers la cour. Il ne comportait qu’un rez-de-chaussée et un comble. Ces petites maisons étaient tout à fait comparables aux plus modestes habitations de type semi-rural (c’est-à-dire en bordure d’agglomération).

Source : Inventaire général, Île de Ré. Inventaire topographique, ouvrage réalisé par les agents du Secrétariat régional de l’Inventaire Poitou-Charentes sous la direction d’Yves-Jean Riou, Paris, Imprimerie nationale, 1979, p. 66-69.



Citer ce billet
Elisabeth Ridel-Granger (2020, 13 janvier). Moulin à vent. Paroles de paysans. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qvea